top of page
  • Photo du rédacteurAPRLB

Le gel et le dégel du lac Bowker peuvent nous en dire long !

Depuis déjà plus d'une semaine le lac Bowker est dégelé, soit depuis samedi,13 avril. C'est un moment attendu par plusieurs riverains. Comme l'est aussi son gel en décembre-janvier. Pour l'association ces deux moments clés seront suivis rigoureusement dans les prochaines années, car c'est un élément qui en dit beaucoup sur l'impact des changements climatiques sur nos lacs. On vous dit souvent que les changements climatiques ont et auront un impact sur le lac sans trop expliquer comment, voici un petit survol.



Les impacts des changements climatiques sont et seront à la longue bien réels. Ils pourraient notamment modifier l'écosystème de nos lacs : augmentation de la température de l'eau favorisant l'éclosion de cyanobactéries, une plus grande prolifération des herbiers de plantes aquatiques, des périodes de plus en plus intermittentes de glace (gel et dégel durant l'hiver), une période de stratification du lac plus grande (réduisant l'oxygène dans l'eau) donc une modification de la faune aquatique favorisant les espèces d'eau chaude (achigan, perchaude, crapet, etc.) au détriment des poissons d'eau froide (truites, dorés, brochets, etc.), entre autres choses. *


Cette donnée suivie par les scientifiques, indique que les lacs gèlent en moyenne 12 jours plus tard et dégèlent 8 jours plus tôt depuis 1850 (Wooley 2020). Et selon la projection tenant compte de différents scénarios d'émission de CO2, le couvert de glace pourrait voir le nombre de jours réduits de 10 à 40 jours, et quelques 6000 lacs pourraient perdre totalement leur couvert de glace d'ici 2100*. Certains seront peut-être heureux de lire ceci se disant une saison plus longue pour profiter du lac (sic) et pourtant... Ceci n'augure vraiment rien de bon pour la santé des lacs, la qualité de l'eau et sa biodiversité. D'autant plus que les lacs recouverts de glace se réchauffent plus vite.


Pour le Québec, il est question d'augmentation des précipitations donc du lessivage des sols apportant plus de nutriments (phosphore entre autres) donc un surplus de nourriture dans le lac et une augmentation du niveau d'eau (nous avons eu une épisode et vécu les inconvénients lors de l'été 2023).


Sans vouloir en rajouter pour ceux qui font de l'éco anxiété, se mettre la tête dans le sable en croisant les doigts n'est certainement pas la bonne chose à faire car on peut tous agir en tant qu'individu, notamment comme riverain et communauté vivant autour d'un lac.


Pour l'association c'est tenter de sensibiliser le plus grand nombre de riverains à prendre conscience des impacts des activités que nous faisons près et sur le lac et de leur faire connaître les bonnes pratiques et surtout de les adopter. C'est aussi pour elle de documenter différentes instances et encourager une réglementation favorable à la santé du lac et de suivre l'évolution de cette santé à travers les années pour agir dans la mesure du possible en prévention.


C'est pourquoi nous ajouterons à nos différents suivis le suivi des gels et dégels, ainsi que le suivi de la température de l'eau du lac. Nous alimenterons aussi la base de données de "Naturewatch.ca", plus précisément la section "Icewatch", dont certains scientifiques se servent pour suivre l'évolution du gel et dégel des lacs.


Déjà deux de nos membres par curiosité ont noté depuis plusieurs années, le gel et le dégel du lac devant leur résidence. Nous avons notamment les dégels pour la baie située au sud du lac près de la 220 depuis 2010 (à l'exception d'une année). Il est par contre important de noter les dates de gel et dégel sur l'ensemble du lac car une section peut geler et dégeler plus rapidement qu'une autre. Bref, nous mettrons en place une procédure que nous suivrons les années à venir de façon uniforme au cours des prochaines années. Nous ajouterons notamment cette information sur notre site web pour les curieux.


*Info tirée de la présentation "Impacts des changements climatiques sur nos lacs" de Cindy Paquette, biologiste en écologie aquatique à l'Université du Québec de Trois-Rivières / Groupe de recherche interuniversitaire en limnologie (GRIL) (Colloque de RAPPEL - avril 2024).







174 vues

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page